La Couleur mal-aimée

À l’ombre de mes premiers souvenirs c’est contre la couleur rose que j’ai toujours lutté. Ancrée dans mon inexorable rébellion, je n’acceptais cet usurpateur du rouge qu’à contrecœur, sur des courts instants, et m’en débarrassais aussitôt d’un geste proche du dégout.

 Ma répulsion pour le rose était totale et englobait non seulement tous les objets associés à cette couleur mais aussi le « mot », car en effet, je n’aimais pas les roses, et parce que les roses sont des fleurs j’ai de prime abord préféré les jardins verts aux décors fleuris.

Sans aucune initiation à la couleur cela ne soulevai en moi aucun problème majeur, et j’ai, sans peine, effacé cette importune de ma palette dès que le pouvoir de décision m’a été, par négligence, accordé.

 

Hormis en cas de chromophobie, nous avons tous notre couleur préférée. À l’unisson de nos émotions nous l’avons choisi, en teinte ou en nuance, après le blanc. Elle nous détermine et adhère à l’état où nous sommes au moment de ce choix.

Bien au-delà de sa symbolique, plausiblement emplie de caractères opposés à notre personnalité, elle nous correspondra, car à défaut de l’avoir choisi par similitude nous l’aurons fait par nécessité, et de ce fait elle nous sera pour sûr favorable et bienveillante.

 Paradoxalement, Il y va de même pour la couleur détestée. La perception visuelle d’une couleur mal-aimée n’est pas uniquement subjective et répond à notre insu à des scénarios et des injonctions du passé.

Comme la nostalgie d’un parfum qui évoque l’enfance, notre rejet pour une couleur est lié à des évènements vécus et, fatalement, aux sentiments négatifs qu’elle nous renvoie.

 Ainsi lorsque nous faisons le choix, aussi simple, d’une couleur nous ne mesurons pas à quel point notre inconscient est aux commandes et peut parfois nous induire à la répétition d’une émotion ancienne jamais entendue.

 Et puisquel’on devient progressivement les sentiments que l’on incarne, la couleur désestimée s’insinuera dans nos choix de façon implicite, dissimulée dans une demi-teinte, en touche, rarement omniprésente, parfois intrusive mais jamais en désaccord.

  Nichée dans notre cerveau, indélébile et chargée d’émotions, elle ne peut que refaire surface, et deviendra, si l’on consent à l’entendre, la couleur conciliante.

 

ea1e8853-0076-46fb-bb99-0b692fe43c90.jpg
Le bleu est, pour ainsi dire, la couleur universelle. Aimée par une large majorité d’entre nous, elle a, en effet, très peu de connotations négatives. Associée à la mer, le ciel, à l’horizon et tournée vers l’avenir, elle inspire confiance, sagesse, calme et liberté.
IMG_1615.jpg
Porteuse de l’amour affectif et du bonheur, couleur de la douceur et de fragilité apaisante, le rose évoque aussi la carnation, la chair, la peau et la séduction. C’est la couleur de l’hésitation.
IMG_1611.jpg
Couleur du coeur et du sang, puissante et vitale, mais aussi couleur de la déception, du danger et de la colère. Comme l’encre rouge du correcteur elle exprime la désapprobation. 
IMG_1612.jpg
Pourtant liée à la terre et à l’attrait d’une vie simple et proche de la nature, le marron comme le orange sont les couleurs les moins bien aimées. Associées toutes deux aux feuilles mortes , elles symbolisent l’ennui, a morosité et la dépression.

6 commentaires sur “La Couleur mal-aimée

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s